↑ Revenir à Curiosités et patrimoine

Imprimer ce Page

Le patrimoine de Lucé

La motte féodale (propriété privée)

La principale curiosité de Lucé est sa motte féodale. Cette motte arrondie, de forme conique, est bien conservée sous une plantation de hêtres élancés, qui lui donnent de loin l’aspect d’un bosquet. Située à environ cinquante mètres au sud de l’église de Lucé, elle est entourée d’une ceinture de fossés, large de plusieurs mètres.

Au pied du monticule, vers le nord, on remarque une sorte de terrasse horizontale, un peu plus élevée que le sol naturel environnant. Là était sans doute l’ancien château, le donjon occupant presque à lui seul le haut du monticule artificiel.

motte féodale (prop.privée...)

La motte féodale…

motte féodale 7
et son fossé…

L’ancien lavoir

L’ancien lavoir, ainsi qu’une aire de pique-nique et un sentier permettant de faire le tour du bourg, ont été réaménagés en 2012 .

image007

 

Richard de Lucy

Richard de Luci ou de Lucy (début du XIIème siècle – 14 juillet 1191), baron de Lucé, était un important baron anglo-normand au service des rois Étienne et Henri II d’Angleterre.

Il servit d’abord Étienne durant la guerre civile dite « L’Anarchie ». À la mort d’Étienne, en 1154, Luci se mit au service de son rival Henri II. Il fut très rapidement nommé co-justiciar du royaume. A la mort du comte de Leicester, en 1168, Luci resta le seul justiciar du royaume : il exerçait les fonctions de vice-roi durant les absences d’Henri II.

Les anciens manoirs de Lucé

Au milieu du XIIème siècle, Philippe-Auguste confisqua toutes les terres françaises appartenant aux barons anglais (dont Richard de Luci). Dans les paroisses où il n’y avait plus ni château ni maison seigneuriale, des gentilshommes représentèrent les anciens seigneurs en habitant de simples manoirs. On trouva à Lucé trois de ces manoirs : Cheviers, la Brisollière et la Chauvière. Aujourd’hui, aucun vestige visible n’en subsiste. On sait néanmoins que le manoir de la Brisolière, propriété de la famille Royers, a connu un rayonnement certain au début du XVllème siècle. C’était le chef lieu du « marquisat de la Brisollière » qui comportait les domaines de Sept-Forges, du Boulay, de Rovencestre ainsi que le château de Cheviers.

L’église Saint-Gilles du XVIIème siècle et son clocher arcade

image001

Lien Permanent pour cet article : http://www.cdcdupaysdandaine.fr/?page_id=4383